Sous toutes ses formes, la culture biologique a le vent en poupe

Sous toutes ses formes, la culture biologique a le vent en poupe

C’est un état d’esprit, un mode de vie et une mentalité qui englobe tout, des préoccupations pratiques telles que la santé du sol aux questions profondes sur le rôle de l’humanité dans le monde naturel.
Le ministère américain de l’agriculture définit la culture biologique comme « des aliments produits par des méthodes intégrées aux processus écologiques ». En d’autres termes, les agriculteurs biologiques font pousser leurs cultures sans engrais ni pesticides de synthèse, mais également sans intervention des agriculteurs ou des parasites.

Prenez votre temps, soyez critique, réfléchissez et apprenez

Être un jardinier biologique signifie se concentrer sur la qualité plutôt que sur la quantité. Cela signifie prendre le contrôle de ses cultures. La devise est « Faites-le vous-même », et l’approche biologique va au-delà du jardin : De l’agriculture à la conservation des aliments en passant par la production alimentaire elle-même, ce mode de pensée biologique a d’énormes répercussions sur notre vie quotidienne ainsi que sur la façon dont nous vivons sur cette planète.
Le jardinage biologique privilégie la qualité à la quantité. Il s’agit de revenir à nos racines et de prendre le contrôle de la nourriture qui se retrouve dans nos assiettes. En un mot, il s’agit de produire soi-même des aliments, en utilisant des techniques biologiques. Toutefois, ce mode de pensée biologique ne s’applique pas seulement au jardinage, mais également à la façon dont nous cultivons, conservons et préparons les repas. Il s’agit en fait d’un mode de vie complet.

Les plantes sont des êtres vivants

Cette approche nécessite une connaissance du monde naturel qui nous entoure et de son fonctionnement. Après tout, les plantes sont des êtres vivants, leur croissance est affectée par le sol dans lequel elles poussent, les saisons dans lesquelles elles poussent et le temps qu’il fait pendant leur saison de croissance. En observant ces facteurs dans votre environnement, vous pouvez prendre des décisions éclairées sur les plantes à cultiver et sur la meilleure façon de les soigner.
Une fois que vous aurez compris ce qu’il faut faire pour atteindre cet objectif d’autosuffisance, vous découvrirez qu’il existe de nombreuses façons d’y parvenir : de la simple prise de conscience de ce qui entre dans la composition de votre alimentation (et de la façon de savoir si un produit est issu de l’agriculture biologique ou non), jusqu’à l’investissement dans la recherche de méthodes de bricolage pour faire pousser vos propres cultures !
Je pense que le jardinage biologique est la manière la plus durable de produire des cultures et de gérer les ressources. Non seulement elle réduit notre dépendance à l’égard des méthodes d’agriculture industrielle, mais elle favorise également un mode de vie plus holistique.
Beaucoup de gens sont intimidés par l’idée de cultiver leur propre nourriture, mais en réalité, c’est assez simple. Vous n’avez pas besoin d’outils ou d’équipements spéciaux.

Moins de pollution pour un monde plus sain

Le jardinage biologique est un excellent moyen de réduire votre empreinte carbone et d’améliorer la santé de notre planète. Vous serez moins dépendant du système agricole industriel qui produit tant de déchets et de pollution chaque année ! En cultivant vos propres aliments, vous réduisez vos déplacements au magasin et les matériaux d’emballage utilisés, deux bonnes choses pour notre environnement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.